Québec : vers une interdiction des arômes de vape en 2023, ce que cela signifie

Fumer du tabac est mauvais pour la santé, mais le vapotage de la cigarette électronique, même s’il est jugé moins dangereux, n’est pas sans impact sur les habitudes des vapoteurs. Au Canada, et surtout au Québec, le gouvernement a bien compris l’impact de la cigarette électronique grâce à certaines données. Voici quelques renseignements sur cette loi mise en place.

Que signifie cette nouvelle loi sur le vapotage au Québec ?

Une loi est passée sur les arômes et vapotage : une interdiction au 31 octobre 2023 au Québéc. C’est fait, le Canada s’engage contre la cigarette électronique et certains effets.

A lire aussi : Cabinet dentaire : quels sont les domaines d’intervention ?

Les nouvelles réglementations concernant la vente de e liquide

Peu importe les arômes du e liquide, la région québécoise située au Canada prend des mesures strictes qui concernent tous les consommateurs de cigarette électronique. La loi interdit désormais la vente de e liquide avec des arômes sucrés, gourmands ou même mentholés. Seuls les arômes de tabac peuvent être encore vendus dans cette région du Canada.

Que vous soyez étranger ou canadien, vous ne pourrez plus retrouver ces produits aux multiples arômes en vente sur le territoire québécois. Mais, cette loi ne s’arrête pas là et concerne d’autres produits de vapotage.

A découvrir également : Luminothérapie vs Vitamine D : démêlez les faits pour votre santé

Les autres produits concernés par cette nouvelle réglementation sur le vapotage

Le gouvernement souhaite aussi reprendre le contrôle sur la quantité des réservoirs disponibles sur le marché du vapotage. Un réservoir de cigarette électronique ne peut plus faire plus de 2 ml. L’esthétique de la cigarette électronique est aussi visée. Il n’est plus possible de mettre en vente des produits à l’allure semblable à des bijoux ou ayant une forme originale et “funs”. 

La forme de la cigarette électronique devient, en effet, de plus en plus attrayante, attirant même les plus jeunes. Mais, pourquoi cette mesure drastique sur le marché de la cigarette électronique ?

Pourquoi une telle mesure mise en place sur les produits de vapotage ?

À partir de données inquiétantes, le gouvernement québécois a pris des décisions. Cela concerne principalement les données sur les jeunes. D’après certains renseignements, il semblerait que près de 20 % des jeunes de moins de 18 ans vapotent régulièrement. 

Ces données sont spectaculaires et n’ont pas manqué d’alerter le gouvernement qui remet en cause les arômes attrayants et la cigarette électronique vu comme un véritable accessoire.

L’objectif d’interdire tous les arômes sauf les arômes de tabac permettrait de limiter l’attirance pour la cigarette électronique et le vapotage. 

De plus, si on cherche plus de renseignements sur le vapotage chez les jeunes, il semblerait que de nombreux jeunes deviennent addicts à la nicotine et parfois même, commencent à fumer le tabac après un début dans le vapotage. Les ingrédients présents dans la cigarette électronique sont peut-être moins dangereux pour la santé, mais sans modération et avec une consommation vers le tabac classique, la santé peut être touchée.

woman with red lipstick and red lipstick

Une réglementation sur les produits de vapotage qui inquiètent les professionnels au Canada

La note est salée pour les professionnels du vapotage. Le développement d’un produit comme la cigarette électronique ou encore un autre produit comme les e liquides a contribué au développement d’un marché qui concerne de nombreux emplois aujourd’hui.

Le gouvernement ne laissera rien passer, car les professionnels disposent uniquement de 90 jours pour vider leurs stocks de produits. Une promotion sur tel ou tel produit permet de vider totalement les stocks pour ne plus en vendre dans quelques mois.

Cette réglementation ne sera pas sans effet sur les professionnels qui vont évidemment faire moins de vente à l’avenir. Plus de 2 000 personnes seraient concernées au Québec. Les produits avec des arômes représentent près de 80 % des parts du marché du vapotage.

Ces intérêts sur les effets sur la santé publique n’ont pas touché que le Canada, car d’autres pays ont mis en place ce genre de loi ces dernières années. La vente des produits de vapotage en Finlande, aux Pays Bas, mais aussi au Danemark et en Hongrie est réglementée de manière aussi stricte.

Santé