Pharmacie : faut-il s’attendre à une nouvelle pénurie de médicaments ?

Depuis plusieurs mois, les pharmacies font face à des pénuries de médicaments. C’est encore le cas pour des pharmacies à Lille et en région parisienne, qui sont en manque de médicaments à base de misoprostol, un principe actif notamment exploité pour des pilules dans le cadre d’IVG. Cela présente une urgence pour certaines femmes, de quoi inquiéter à grande échelle.

La pénurie de pilules abortives

C’est à Lille que le planning familial a lancé en premier l’alerte auprès de l’Agence régionale de santé. Plusieurs marques utilisent du misoprostol pour créer des pilules abortives, ce qui rend le médicament particulièrement important. Pourtant, plusieurs pharmacies de Lille sont venues à manquer et à tomber en rupture de stock temporaire. L’effet a également atteint la capitale ou certaines pharmacies sont également en rupture. C’est une nouvelle rupture qui s’annonce qui pourrait bien s’étendre, mais il ne s’agit pas la première. Tout au long des mois, certains médicaments, pourtant très répandus, viennent à manquer. Ce fut déjà le cas il y a quelques mois pour l’amoxicilline qui était en rupture de stock dans de nombreuses pharmacies. Pour s’assurer d’obtenir son médicament, il est donc recommandé de se rendre dans des pharmacies de plus petites villes comme la pharmacie à Yvetot en Normandie.

A voir aussi : Les situations dans lesquelles demander un nouvel avis médical

Une situation complètement nouvelle qui inquiète les Français qui peuvent se retrouver à court de médicaments. Dans le cadre de l’aspirine par exemple, le problème n’est pas très grave, mais la pénurie peut concerner des médicaments vitaux pour certains patients qui prennent des traitements régulièrement. En ce qui concerne la pilule abortive, des associations s’inquiètent d’un manque d’accès à l’avortement. Une nouvelle situation qui alerte l’Agence nationale de sécurité du médicament.

Des pénuries inexpliquées ?

Le problème majeur de ces pénuries est souvent le manque d’information et de solution que l’on va trouver. Il y a quelques semaines, un adolescent de 15 ans avait alerté le ministre de la Santé sur sa situation. L’adolescent atteint de mucoviscidose ne pouvait plus obtenir de médicaments alors qu’il doit en prendre une dizaine par jour pour son traitement. Face à cette situation, il n’avait toujours pas trouvé de solution et les parents étaient simplement obligés de se rendre dans une pharmacie plus distante pour obtenir les précieux médicaments.

A voir aussi : Comprendre l’amylose et ses symptômes

Le principal problème est que l’Agence nationale de sécurité du médicament n’est pas en mesure de remédier rapidement aux pénuries. Le manque de médicaments peut provenir de divers facteurs qu’il faut comprendre. Tout d’abord, il y a eu une hausse de la demande pour de nombreux médicaments, notamment à cause de l’épidémie de grippe, de bronchiolite et de covid-19. La demande a fortement augmenté pour certains médicaments sans que la production l’ait anticipée. Il faut aussi prendre en compte le quasi monopole de la production en Asie. C’est principalement en Inde et en Chine que l’immense majorité des médicaments sont produits. La difficulté de transport ou de conditionnement engendré par la crise en Ukraine a ainsi rapidement fragilisé ce marché. L’Asie devient également un plus grand consommateur de ces médicaments, ce qui réduit logiquement l’accès pour le reste du monde.

Actu