Pourquoi accoucher par voie basse ?

En France, environ une femme sur cinq accouche par césarienne, et le taux peut atteindre 50% dans certaines exploitations. Des chiffres qui ne reflètent pas une réalité plus spécifique : quelles femmes ont subi une césarienne ou qui l’a choisie ? Parce que oui, vous pouvez « choisir » d’accoucher avec une césarienne ! Un sujet très tabou que beaucoup de gens, y compris les médecins, peuvent même sembler une hérésie. En ce qui me concerne, j’ai décidé de faire une césarienne appelée Convenance… et j’expliquerai pourquoi.

J’ ai déjà eu une césarienne

Pour ma première fille, j’avais peur d’une césarienne. Quand on m’a dit au dernier moment parce que son cœur était bouleversé, j’avais peur de ma vie.

A lire en complément : Est-ce dangereux de dormir sur le ventre pendant la grossesse ?

Quoi ! Je ne vais pas accoucher comme tout le monde ? Mais ce n’est pas naturel ? Ça fait mal ? Je vais être seul ?

Paniquer brièvement dans mon esprit, j’étais vraiment super mauvais. À la fin cette césarienne d’urgence s’est très bien passée, j’ai senti la douleur postopératoire, mais heureux de ce passage. L’essentiel, bien sûr, est la santé du bébé et de la mienne. Enfin, je ne connaissais que cette procédure, et pour ma deuxième naissance, je voulais juste aller sur la terre connue. Ma cicatrice de césarienne était de nickel, alors j’ai été assuré de l’idée de réouvrir au même endroit. Et puis j’étais déjà psychologiquement préparé pour la douleur que j’aurais, cette fois, je savais qu’ils finiraient et qu’ils étaient surmontables. Bref, le terrain était déjà marqué, j’ai senti que j’avais fait 50% du travail.

Lire également : Quand le ventre s'arrondit il ?

J’ avais trop peur de la faible livraison

Jeune mère dans la trentaine, j’ai entendu des histoires de naissances autour de moi ! Il y en a pour ceux qui vivent dans le monde des ours et pour qui tout s’est passé comme dans les films… et ensuite pour les autres. Ma tête a été envahi par les témoignages « des autres » : ceux qui ont vécu des livraisons interminables de 72 heures, d’autres qui avaient des larmes à l’anus, d’autres qui étaient presque incontinents à cause d’un épilion trop profond… Bref, j’avais peur. J’ai aussi la conviction intime que nous avons des naissances qui nous ressemblent. La plupart de mes copines cool et zen ont eu de superbes rebelles. Je suis plutôt le « monstre de contrôle » anxieux qui passe sa vie à se diagnostiquer sur le net. Alors quand ils disent : « Ne vous inquiétez pas, tout ira bien. » J’imagine les 36 derniers épisodes de Grey’s Anatomy, dans lesquels « non, ça n’a pas eu lieu comme prévu ! « Ces craintes d’un accouchement bas pourraient même aller à moi ruiner mon moment ? Si j’avais testé, bien sûr, j’aurais aimé et réalisé que tout s’est bien passé, pleurant de joie à l’idée d’être né « tout seul, comme un grand » d’avoir. Ce bonheur exquis du « Sentiment de dépasser le bébé », comme mes copines me le décrivent. Mais non… pour moi la naissance est un peu comme jouer à la roulette russe… Soit il passe, soit il se casse. En choisissant moi-même une césarienne, j’ai fixé un maximum de chances qu’elle passe.

Mon corps m’appartient !

Nous arrivons à la partie militante de mon choix et probablement la plus importante ! Quand j’ai osé adresser ma demande aux professionnels de la santé, à mon médecin traitant, à l’échographie ou à d’autres, ils m’ont tous fait avec les yeux larges et, surtout, ils n’ont pas manqué l’occasion de me dire à quel point il est illogique de faire une césarienne.

Nous choisissons de ne pas être opéré sur est hérésie.

Soit je l’entends ! MAIS pour tant de choses… Nous sommes dans un pays libre ! Si j’ai de gros seins et je décide Ayant des seins plus gros, je fais ce que je veux, bien que c’est fou et ne correspond pas à la norme, et je prends de grands risques. Il y a quelques décennies, on a dit aux femmes de devoir accoucher dans la douleur… c’est le passage obligatoire. Heureusement, certaines femmes libres ont décidé de changer d’autres et de donner la préférence aux soins périduraux, ce qui a fait de cette exception une nouvelle « norme ». Depuis aujourd’hui, le retour à la péridurale est pratiqué par près de 80% des livraisons en France. Dans certaines régions d’Amérique latine, la césarienne est le type de naissance encore plus fréquent que la voie inférieure. Pourquoi diable, ne devrais-je pas avoir le droit de me débarrasser de mon corps et de me demander quoi de plus conforme à ma vision de la maternité ? Nous sommes en France, un pays où le taux de mortalité à la naissance a presque disparu, avec des unités médicales exceptionnelles, la césarienne est n’est plus une opération extraordinaire. Il comporte les mêmes risques que toute intervention chirurgicale associée à l’anesthésie, les risques d’infection…

Quand mon gynécologue a accepté ma demande de césarienne sans jugement, ou quand mon étiopathe m’a pleinement compris et soutenu dans cette décision, sans essayer de changer d’avis : je me sentais respecté. Vous avez compris que mon choix était totalement éclairé et réfléchi. Je savais que la rémission pouvait être plus longue, que j’étais privé de certaines sensations, que c’était aussi un acte troublant pour le fœtus que nous choisissons… oui je savais tout cela et malgré tout ce que je voulais ma césarienne. C’était même le point essentiel pour donner ma grossesse sans crainte du jour J et ma grossesse était idyllique sur ce point. Paradoxalement, je l’ai même imposé par une partie du Sortie de soins postcure (par exemple, analyses sanguines mensuelles ou test de trisomie). Encore une fois, je voulais être libre de mon corps, ne pas appliquer la cadence de ces procédures médicales qui n’étaient pas nécessaires pour moi, et surtout, parce que je n’ai pas eu une grossesse risquée et était complètement en bonne santé. Et mon gynécologue respectait toujours mes décisions sans « trop » rémonstration. Néanmoins, elle a été quelque peu obligée de se former.

Pour ma vie sexuelle

Eh bien, ouais, tu dois admettre que je ne vais pas faire l’hypocrite, bien sûr que j’y ai réfléchi. Comme j’étais déjà ouvert au niveau de l’estomac une fois, je ne voulais pas frapper le duplicata avec l’épisio comme bonus. Je me suis particulièrement souvenu que pour ma première naissance trois semaines après l’accouchement, j’ai eu mon premier rapport, qui était une grande récompense après avoir lutté pour soulager la douleur dans les premières semaines de la livraison. jours à surmonter. Si vous n’avez pas une continuation dans le vagin, vous pouvez uriner sans problèmes, vous n’avez pas besoin de mener ou presque pas de séance de réadaptation du périnée, et surtout, maintenir son tonus musculaire pendant les rapports sexuels… sont tous les arguments qui ont argumenté dans mon esprit pour me convaincre de faire le bon choix se rencontrent. Le point culminant était probablement quand une petite amie m’a appelé en pleurant au milieu d’une seconde grossesse parce qu’elle a fait un prolapsus (le mot scientifique pour « descendance d’organes »). Là, j’imaginais son vagin dilaté et ses lèvres descendre, laissant un aperçu de la peau en colère. Je suis désolé pour ce genre de détail, mais c’est en fait ce que j’ai dû faire l’esprit… J’ai imaginé à quel point mon sexe pouvait être déformé et comment mon chéri ne me regarderait plus jamais de la même façon. Comment pouvez-vous lui dire : « Mais je vois l’amant en moi pas devant la mère ! Je sais que des millions de femmes accouchent à bas âge, n’ont jamais connu ce genre de malheur, et leur vie sexuelle n’a jamais été affectée. Oui, mais ici, compte tenu de ce risque, aussi petit soit-il, j’ai préféré jouer la carte de prévention.

photo Crédit : pinterest réapproprier ma naissance

Je lutte toujours avec l’autorité et tout à coup je me suis mal à l’aise avec le corps médical qui peut nous infantifier et nous rendre si vulnérables. Je comprends parfaitement que les praticiens n’ont pas toujours le temps de répondre à toutes nos questions pendant les consultations et qu’ils vont souffler de temps à autre si nous voulons entrer dans les détails. Oui, mais ici je suis comme ça, j’ai besoin de savoir, comprendre, peser les avantages et les inconvénients et être éclairé à chaque étape de la naissance. Cependant, lors d’une prestation faible, il y a des urgences, des décisions et un consensus qui doivent être prises en compte en fonction du cas particulier. Je n’aime pas cette partie, je me sens comme un cobaye. Mea Culpa a 100%, je ne prétends pas que mon attitude est la meilleure, et je devrais laisser les professionnels faire leur travail, mais elle est plus forte que moi. En choisissant ma césarienne, j’ai pu profiter de consultations personnalisées et exprimer mes craintes, mes questions et mes besoins en détail. J’ai été suivi par la même équipe médicale qui donnerait naissance, ce qui m’a aussi beaucoup calmé. L’anesthésiste et obstétricien me connaissait déjà et connaissait mes attentes. J’ai donc pu insister sur le dossier de la douleur après l’accouchement jusqu’à ce que je sache exactement quels médicaments m’ont été prescrits pour éviter la douleur de ma première césarienne.

Je connaissais aussi le programme de ce jour : si mon conjoint serait présent, quel genre de péridurale je recevrais, combien de temps a pris les différentes étapes de l’opération, où et avec qui le bébé irait à des tests de naissance, mon conjoint pouvait suivre le bébé, combien de temps je resterais dans la salle de réveil et s’il était possible de mettre une première peau sur la peau là, quelle infusion recevrais-je pour retourner dans la chambre, quel était le Minutes du premier ascenseur… Toutes les questions ont été soumises et discutées dans une sorte de consensus entre ce qui est faisable et ce qui était important pour moi. Bref, j’ai finalement eu l’impression de faire partie intégrante de cette journée qui serait l’une des plus importantes de ma vie. Afin de ne pas le supporter, de ne pas suivre les injonctions. Être une actrice qui a même pris la décision d’être physiquement passive. Ma naissance était censée être celle que j’imaginais et fantasmé… et encore mieux !

Organisez-moi

Je dois encore dire que mon gynécologue a accepté une césarienne parce que j’en avais déjà traversé une. Je ne sais pas s’il y a beaucoup de praticiens en France qui l’acceptent pour la première fois. Sans parler de ma phobie d’un vagin déformé, je me suis particulièrement concentré sur le fait qu’avec une petite fille c’est le côté idéal de l’organisation et c’est vrai ! Rolala, pas de maux de tête, tout est planifié et calibré jusqu’au lendemain. Pas de précipitation de dernière minute si vous perdez de l’eau à 3 heures du matin en semaine et que vous n’avez personne pour faire des salles d’urgence. J’ai pu préparer doucement ma fille et lui expliquer que de ce point jusqu’à ce moment je ne serai pas à la maison, fixer le calendrier pendant mon absence, organiser des camps de garde et des voyages scolaires… Avant d’aller tranquillement à la maternité, toutes mes machines étaient à jour, ma maison a été fabriquée et le Congélateur bloqué pour mon retour. L’avantage de connaître exactement le jour de la livraison et de pouvoir tout planifier sans stress. J’ai même organisé ma beauté jusqu’à la fin. La veille, je suis allé chez le coiffeur et j’ai même pris une pause de faux cils pour être au-dessus des photos après la naissance. Nous avons même eu le droit à notre dernière nuit en nous, et nous étions dans un restaurant romantique à côté de la clinique avec le sentiment de profiter de la dernière « nourriture condamnée ». Pendant que nous mangions, nous avons parlé à d’autres clients et leur avons parlé que j’accoucherai à 7 heures du matin… ils étaient étonnés et amusés. Une femme enceinte au cou, complètement détendue la veille de sa naissance, qui jouit de son amant et même l’amateur de super-chocolat, sans perdre 100%… Ce n’est pas commun, n’est-ce pas ?

Crédit photo : Mama Komet Ma page « Personnes »

Pourquoi la moitié des célébrités sur cette terre le droit à cette célèbre césarienne, et nous, petits gens, devons passer par une naissance conventionnelle ? Oui, les actrices d’Hollywood et d’autres célébrités ont loué ce genre de naissance et ont évoqué l’organisation entre deux dates de tournage. Ok, je ne suis pas dans un studio à Los Angeles, mais j’ai aussi une vie à maîtriser et des impératifs, tout aussi important que Tom Cruise de donner la réponse ! Je suis déterminé à m’attaquer à cette inégalité sociale (et financière), qui divise la naissance en deux types. Les grands de ce monde, qui sont à l’écoute des moindres caprices du moment, il y a un chéquier bien pris en charge, et d’autres qui ont besoin de suivre le processus. Disons oui, je voulais le jouer un peu comme Beckham sur cet enregistrement et ses quatre césariennes planifiées sans que personne n’ait à dire quoi que ce soit à ce sujet. Je peux être « à nouveau » sans être une diva. Et même si mes copines moquer mon site « Chochotte » qui m’offense (pensez-vous que je suis ouvert par paires, elle est d’accord avec moi que je suis enfin un peu Rachida Dati pour elle, les Louboutins à D 3 moins !

Cette déclaration n’a pas pour but de vous convaincre que la césarienne est la meilleure option de livraison pour vous, loin d’être manquée… ce serait même dangereux. L’intrigue n’est pas triviale et doit être soigneusement pensée. JE voulais vous expliquer MES propres raisons qui m’ont conduit à cette décision et comment vous pouvez être coupable si les mêmes questions vous viennent à l’esprit. La chose importante de partager plus d’informations, la transparence pendant les visites médicales sans juger. Plus nous parlons de mères césarienne (commodité ou urgence), plus démocratisé il y aura parler, annulé les tabous et réduit la culpabilité !

Dans un prochain article, je vais vous dire comment ce célèbre Césarienne de commodité a eu lieu !

Banditculottes ventre Post Section C 74.95€******

Césarienne ventre Culotte C-Section 74.95€**

C-Pantystarter Kit Post Césarienne Nude97,90€**

C-Pyanyopack Post Césarienne et Coilor noir**

C-Pantyonen*****6C-Pantyone ** Faible guérison après césarienne section nue 95€

C- Culotte faible contribution de guérison de césarienne noire section césarienne 49.95€

C-Pantyhigh culotte de guérison après césarienne

Grossesse
Show Buttons
Hide Buttons